16 7 / 2013

Gabrielle Aplin - Please Don’t Say You Love Me (par GabrielleAplinVEVO)

Ma chanson du moment. 
 

30 11 / 2012

Greek Hairstyle. 

12 5 / 2012

JUST amazing.

12 2 / 2012

Imaginez-vous un monde où l’unité monétaire serait le temps. L’euro aura disparu et toute votre vie vous devriez courir après le temps. Vous serez obligés de gagner du temps pour vivre. Vous aurez en apparence 25 ans toute votre vie, mais manquer de temps vous rapprochera d’une mort certaine et brutale. Sur l’avant-bras de chaque individu se trouve un compteur, qui comptabilise le temps restant. Vos minutes sont comptées. Un jeune ouvrier Will Salas (interprété par l’acteur et chanteur Justin Timberlake) est contraint de gagner son temps en travaillant au jour le jour comme ceux vivant dans le guetto (Dayton). Un soir, dans un bar, il épargne la vie d’un richissime inconnu prénommé Henry Hamilton des mains de Fortis, un voleur de temps (interprété par Alex Pettyfer). Celui-ci lui donne tout son capital temporel, soit plus d’un siècle et se suicide le lendemain matin en se jetant d’un pont.

Don’t waste my time" lui écrit-il.

Will Salas s’installe à New Greenwich où se côtoie la haute-bourgeoisie qui bénéficie d’une vie éternelle. Poursuivi par le gardien du temps, il enlève la fille du riche banquier, Sylvia Weis, qui par la suite, devient sa petite amie. Ceux-ci, conscients des inégalités qui règnent dans ce monde, décident de jouer les justiciers du temps et braquent des banques à temps afin de le redistribuer de manière équitable.

On y voit clairement une allégorie du capitalisme et ses conséquences. “Le temps c’est de l’argent" s’applique très bien à cette fiction. Ils deviennent ainsi les Bonnie & Clyde du futur.

26 12 / 2011

   

Adaptée de la collection de romans à succès écrits par Cécily von Ziegesar : une série nommée Gossip Girl et qui en est à sa cinquième saison, retrace la vie de jeunes Upper East-Sider new-yorkais évoluant à travers un monde huppé où se mêlent soirées arrosées, luxure, drogues… Cependant, la cellule familiale y tient une place prépondérante. Si cette jeunesse dorée peut ainsi se permettre de profiter, c’est ainsi grâce à leurs parents. Les histoires se mêlent, s’accumulent au fil des épisodes et tentent d’être résolues tant bien que mal. Parmi les personnages principaux, un couple se détache du lot : Charles Bass, plus connu sous le nom de Chuck Bass (interprété par le surprenant acteur britannique Ed Westwick) et Blair Waldorf (interprétée par l’actrice américaine Leighton Meester). Au fil de la série, ce couple s’unit, se déchire, se chamaille et ainsi de suite. Ces deux personnages phares, entretiennent une liaison dangereuse. Cette série ne vous rappelle-t-elle pas un roman épistolaire du XVIIIème siècle ? Si l’on s’en tient aux Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos, Chuck Bass serait le Vicomte de Valmont et Blair Waldorf serait la Marquise de Merteuil des temps modernes. Sous ses airs d’enfant sage, Blair Waldorf est bien plus dévergondée qu’elle n’y parait. Cette jeune fille joue de son innocence et de sa naïveté fictive, car en réalité elle est l’auteur de moult plans machiavéliques. C’est une fille sournoise, qui agit en douce afin d’abattre ses adversaires. De la même manière que Madame de Merteuil, quand il s’agira d’atteindre sa proie qu’est le chevalier Danceny, en donnant ordre à Valmont de s’occuper personnellement de Cécile Volanges. Nous pouvons constater de nombreuses similitudes entre les personnages que sont la Marquise de Merteuil et Blair Waldorf : mi-ange, mi-démon, elles sont toutes les deux obsédées par la perfection et prennent soin de leur image. Quant à Chuck Bass, son caractère libertin nous remémore celui du séduisant Vicomte de Valmont. Mais les histoires concernent également les parents, qui, sont cette fois-ci mis sur le devant de la scène, ce qui est un fait inhabituel dans une série américaine, qui en général met en scène de jeunes adolescents dans leur environnement. De plus, les thèmes traités sont d’un ordinaire : amour, trahison, rehab, adultère, divorce, chantage…

"Conquérir est notre destin" (lettre IV) 

 Valmont se voit en Turenne, comme Dom Juan se voyait en Alexandre le Grand. “Je me sens un coeur à aimer toute la terre : et comme Alexandre, je souhaiterais qu’il y eût d’autres mondes, pour y pouvoir étendre mes conquêtes amoureuses.” Il en est de même pour Chuck Bass qui perçoit le monde comme un champs de bataille qu’il doit conquérir. Chaque chose entreprise est une conquête, que cela a trait au domaine amoureux, au domaine des affaires, ou autres. Comme tout libertin, il est un sophiste qui maîtrise parfaitement la rhétorique, et fait du langage une arme pour séduire ses conquêtes. Ainsi, Nietzsche disait “La frontière entre le Bien et le Mal s’efface : c’est là le sophiste”.

Certaines des répliques de Chuck Bass sont devenues cultes : ” Dude, I’m Chuck Bass even Europeans know what that means" ou "Because I’m Chuck Bass”.

Voici un exemple du type de relation que peuvent entretenir les deux personnages récurrents Blair et Chuch :

[ Blair se retrouve sans cavalier au bal des débutantes, après que Nate se soit faire exclure de la soirée en se battant avec Carter Baizen ]

Blair : Tu as vu Nate ?

Chuck : Il s’est fait mettre dehors. Mais moi je suis là.

Blair : Je connais ce regard. C’est le regard de quelqu’un qui savoure sa victoire. Tu te régales là. Tu savais que Carter allait venir chez moi. C’est toi qui a prévenu Gossip Girl. Tu as fait en sorte de gâcher ma soirée. Tu as fait ça pour ton propre plaisir, sans te préoccuper de moi. C’est pour ça qu’entre nous ça ne marchera jamais !

Chuck : S’il te plait, essaie de te calmer.

Blair : Arrête ! Tu me dégoûtes ! Notre semblant d’histoire, c’est erminé, pour de bon !

Chuck : Hey…attends je ne voulais pas…

Blair : Ne me parle plus !

Chuck : Blair…

Dans ce passage, d’une voix trouble et sensuelle, Chuck use de l’ironie, figure maîtresse de son discours, qui est notamment de le préserver, de ce qu’il juge ridicule, c’est-à-dire les effusions amoureuses et sentimentales. Il se montre froid, égocentrique, et manipulateur mais sous cette carapace se dissimule un être sensible et contradictoire. Il reste le personnage le plus fascinant de la série. Imaginez vous Gossip Girl amputé de Chuck Bass ? Non, vous ne le pouvez pas, car cela est juste inconcevable.

De plus, dans le roman, l’échange épistolaire y occupe une place essentielle. Modernisé dans la série, l’échange prend la forme d’une communication via un blog tenu par une mystérieuse blogueuse (voix-off de Kristen Bell, plus connue pour avoir tenu le rôle de Veronica Mars) qui informe la jeunesse dorée des scandales et des rumeurs via textos.  Nous pouvons entendre en début d’épisodes :

"Gossip girl here, your one and only source into the scandalous lives of Manhattan’s elite."

" And who am I ? That’s a secret I’ll never tell.. You know you love me. xoxo. Gossip Girl."

Les protagonistes se retrouvent épiés dans chacun de leurs mouvements, leurs actes, leurs dires.

13 12 / 2011

L’exposition Hussein Chalayan s’achevait dimanche dernier au Musée des Arts Décoratifs à Paris. Né à Chypre, il s’établit et suit ses études à Londres où il obtient en 1993, son diplôme de la célèbre Central St. Martins College.

Répartie sur deux étages, l’exposition comportait des créations qui mêlent à la fois design, architecture, musique et mode ; mais sont également influencées par des références politiques, religieuses et socio-culturelles. Le vêtement pour Chalayan est outil de dénonciation. Chaque collection est en effet porteuse d’un message précis, qui le place au-delà du stylisme. Il adopte ainsi une démarche très conceptuelle et recherchée. Dans l’univers de la mode, Hussein Chalayan semble être le seul à pouvoir se permettre d’allier mode, religion et politique. Toujours est-il que, ses travaux ont fait l’objet de nombreuses controverses et critiques dans le milieu. De plus, il se fait innovateur en introduisant la technologie dans ses créations. De cette façon, les vêtements se meuvent, et ainsi la magie opère. Le public en est émerveillé tel un enfant devant les prouesses d’un magicien.

 

Créateur avant-gardiste et visionnaire, il est devenu l’ovni de la mode britannique.